je me vaccine

380

40.972

Nombre total de personnes vaccinées
aujourd’hui
en Vallée d’Aoste

Nombre total de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin depuis le début de la campagne de vaccination en Vallée d’Aoste

*les valeurs reportées se réfèrent au nombre de personnes ayant reçu la première dose de vaccin et ne comprennent pas la seconde dose
Données actualisées au 15/05/2021 – h 22:01

je te protège

Je me vaccine

Nombre total de personnes vaccinées
aujourd’hui
en Vallée d’Aoste

Nombre total de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin depuis le début de la campagne de vaccination en Vallée d’Aoste

*les valeurs reportées se réfèrent au nombre de personnes ayant reçu la première dose de vaccin et ne comprennent pas la seconde dose

Données actualisées au 15/05/2021 – h 22:01

Je te protège

INFOS

DORA, l’assistant virtuel qui appelle les citoyens

Nous vous rappelons que l’assistant virtuel « Dora » est actif depuis mars, qui contacte les utilisateurs qui peuvent être vaccinés contre Covid, pour recueillir les données qui seront utilisées pour la réservation.
Dora appelle également les citoyens qui n’ont pas encore confirmé la réservation dans les 5 jours suivant la date de vaccination afin de demander une confirmation ou un report de la date et de l’heure de la réservation.
Le numéro de téléphone d’où arrive l’appel de l’assistante virtuelle Dora est le 0165.270 555.

La vaccination de masse a commencé en Vallée d’Aoste le 1er mars 2021
Lors de la première phase de vaccination de masse, la réservation concerne une première tranche de citoyens. Sur la base du type de vaccin, sont privilégiées les catégories les plus fragiles (selon l’âge et les conditions de santé). Les personnes restantes sont appelées ultérieurement, sur la base de la disponibilité des vaccins prévue au niveau national.

COMMENT VÉRIFIER ET CONFIRMER
VOTRE RÉSERVATION

Les citoyens disposant du fichier sanitaire électronique (Fascicolo Sanitario Elettronico – FSE), s’ils ont indiqué leur adresse électronique et/ou leur numéro de téléphone portable pour les notifications, recevront:
un courriel ou un SMS indiquant le lieu, la date et l’heure de la vaccination prévue. Pour confirmer votre réservation, vous devez allez sur le portail VACCINI ANTICOVID puis insérer votre code fiscal et une partie du numéro de votre carte sanitaire électronique.
Le citoyen qui n’a PAS inséré ses données pour les notifications sur le fichier sanitaire électronique, ou qui n’a pas de fichier sanitaire électronique, peut :
entrer dans le portail VACCINI ANTICOVID, introduire son code fiscal et une partie de son numéro de carte sanitaire électronique pour confirmer sa réservation, la modifier ou la refuser. (Dans ce dernier cas, il ne sera plus contacté).
OU
appeler le Service Infovaccini (0165 546222).
Les personnes allergiques ou qui ont eu des réactions graves à des vaccins précédents doivent contacter le service Infovaccini (0165 546222) pour obtenir des informations utiles et une date de vaccination appropriée.
Accélérez le processus de vaccination ! Téléchargez les formulaires et emportez-les avec vous.
Vous les trouverez ici :
Regardez la vidéo expliquant les modalités de réservation
La vaccination de masse a commencé en Vallée d’Aoste le 1er mars 2021
Lors de la première phase de vaccination de masse, la réservation concerne une première tranche de citoyens. Sur la base du type de vaccin, sont privilégiées les catégories les plus fragiles (selon l’âge et les conditions de santé). Les personnes restantes sont appelées ultérieurement, sur la base de la disponibilité des vaccins prévue au niveau national.

COMMENT VÉRIFIER ET CONFIRMER
VOTRE RÉSERVATION

Les citoyens disposant du fichier sanitaire électronique (Fascicolo Sanitario Elettronico – FSE), s’ils ont indiqué leur adresse électronique et/ou leur numéro de téléphone portable pour les notifications, recevront :
un courriel ou un SMS indiquant le lieu, la date et l’heure de la vaccination prévue. Pour confirmer votre réservation, vous devez allez sur le portail VACCINI ANTICOVID puis insérer votre code fiscal et une partie du numéro de votre carte sanitaire électronique.
Le citoyen qui n’a PAS inséré ses données pour les notifications sur le fichier sanitaire électronique, ou qui n’a pas de fichier sanitaire électronique, peut :
entrer dans le portail VACCINI ANTICOVID, introduire son code fiscal et une partie de son numéro de carte sanitaire électronique pour confirmer sa réservation, la modifier ou la refuser. (Dans ce dernier cas, il ne sera plus contacté).
OU
appeler le Service Infovaccini (0165 546222).
Les personnes allergiques ou qui ont eu des réactions graves à des vaccins précédents doivent contacter le service Infovaccini (0165 546222) pour obtenir des informations utiles et une date de vaccination appropriée.
Accélérez le processus de vaccination ! Téléchargez les formulaires et emportez-les avec vous.
Vous les trouverez ici :
Regardez la vidéo expliquant les modalités de réservation

VIDEO

Vaccins et sécurité

Les vaccins actuellement disponibles ont été adoptés à l’issue de procédures d’approbation rigoureuses et sont considérés comme sûrs. Le vaccin stimule l’organisme à activer un mécanisme de protection (comme la production d’anticorps) qui empêche le virus responsable de la COVID-19 de pénétrer dans nos cellules et prévient ainsi l’apparition de la maladie.
Les vaccins n’ont été autorisés qu’après une évaluation minutieuse de leur profil de sécurité, sur la base des études réalisées au cours de la phase d’essai.
Dans tous les cas, le profil de sécurité sera contrôlé en permanence, y compris après l’autorisation.

Vaccins et sécurité

Les vaccins actuellement disponibles ont été adoptés à l’issue de procédures d’approbation rigoureuses et sont considérés comme sûrs. Le vaccin stimule l’organisme à activer un mécanisme de protection (comme la production d’anticorps) qui empêche le virus responsable de la COVID-19 de pénétrer dans nos cellules et prévient ainsi l’apparition de la maladie.
Les vaccins n’ont été autorisés qu’après une évaluation minutieuse de leur profil de sécurité, sur la base des études réalisées au cours de la phase d’essai.
Dans tous les cas, le profil de sécurité sera contrôlé en permanence, y compris après l’autorisation.

Adhérez à la campagne régionale
de vaccination ANTI COVID-19

L’adhésion à la vaccination est libre et volontaire, mais fortement recommandée.

Sur la base des priorités définies par le ministère de la Santé, en Vallée d’Aoste la campagne de vaccination gratuite a été organisée en plusieurs phases, au cours desquelles ont été identifiés les groupes de population (cible) à vacciner.

Dans la première phase de la vaccination de masse, une réservation sera prévue pour un premier groupe de citoyens. La priorité sera donnée, en fonction du type de vaccin, aux groupes les plus fragiles (selon l’âge et l’état de santé). Les autres personnes seront appelées lors les phases suivantes, en fonction de la disponibilité des vaccins, prévue au niveau national.

Les patients devront se rendre dans l’un des quatre sites de vaccination suivants:
Morgex, Aoste, Châtillon et Donnas.

Avant la vaccination, vous devrez :

  • Si possible, télécharger les formulaires de consentement à la vaccination et la fiche de santé (anamnèse) sur le site de l’AUSL (www.ausl.vda.it), section “Infovaccini”.

  • Ces formulaires doivent ensuite être remplis pour être remis au personnel de santé le jour de la vaccination.

  • Vous habiller avec des vêtements confortables, car le vaccin sera administré dans le muscle deltoïde (partie haute du bras).

  • Les chemises et les cravates sont déconseillées.

  • Après la vaccination, vous devrez rester sous observation pendant 15 minutes.

Important

Présentez-vous à l’heure pour la vaccination, muni de votre carte sanitaire électronique, d’une pièce d’identité en cours de validité, de vos formulaires de consentement et de votre fiche de santé (anamnèse) dûment remplis mais non signés (vous les signerez à l’accueil, le jour du rendez-vous).

Vaccins COVID-19
à ARN Messager

Les deux vaccins (Pfizer et Moderna) sont très similaires et ont été évalués comme équivalents par le CTS de l’AIFA : ils adoptent la même technologie à l’ARN messager, ont une efficacité très élevée, presque égale, sont tous deux sûrs, avec des effets secondaires modestes et qui disparaissent le plus souvent en quelques jours, sans nécessite d’intervention. Les deux vaccins actuellement disponibles déclenchent une importante réponse immunitaire après l’administration de deux doses à intervalle de trois à quatre semaines. Ils ont été testés sur des dizaines de milliers de participants, à l’aide des méthodes scientifiques les plus rigoureuses. Comirnaty dispose de données d’efficacité dès l’âge de 16 ans, Moderna à partir de 18 ans. Ils se présentent également de manière différente : Comirnaty est congelé et doit être dilué, tandis que Moderna est prêt à l’usage et doit être conservé au réfrigérateur.

Vaccins COVID-19
à ARN Messager

Les deux vaccins (Pfizer et Moderna) sont très similaires et ont été évalués comme équivalents par le CTS de l’AIFA : ils adoptent la même technologie à l’ARN messager, ont une efficacité très élevée, presque égale, sont tous deux sûrs, avec des effets secondaires modestes et qui disparaissent le plus souvent en quelques jours, sans nécessite d’intervention. Les deux vaccins actuellement disponibles déclenchent une importante réponse immunitaire après l’administration de deux doses à intervalle de trois à quatre semaines. Ils ont été testés sur des dizaines de milliers de participants, à l’aide des méthodes scientifiques les plus rigoureuses. Comirnaty dispose de données d’efficacité dès l’âge de 16 ans, Moderna à partir de 18 ans. Ils se présentent également de manière différente : Comirnaty est congelé et doit être dilué, tandis que Moderna est prêt à l’usage et doit être conservé au réfrigérateur.

Vaccin à vecteur viral

Un vaccin à vecteur viral (exemple : AstraZeneca) utilise un virus pour transporter dans la cellule une partie de l’agent pathogène dont il doit prévenir l’infection. Dans le cas du vaccin développé par AstraZeneca et approuvé par les autorités européennes, le vecteur est une version affaiblie de l’adénovirus de chimpanzé, qui contient le matériel génétique de la protéine spike Sars-Cov-2 lui permettant d’infecter la cellule. Le système immunitaire s’activé contre cette protéine et produit des anticorps qui, si le sujet entre en contact avec le virus, le protégeront de l’infection.

Les vaccins Comirnaty (Pfizer/Bionthec), Moderna, Johnson & Johnson et AstraZeneca, qui ont actuellement été approuvés par l’Agence européenne des médicaments (EMA), ne sont pas actuellement recommandés pour les personnes âgées de moins de 16 et 18 ans, respectivement. L’Agence européenne des médicaments, ainsi que d’autres agences internationales, attendent des études supplémentaires pour autoriser la vaccination de la population pédiatrique.

Selon le plan stratégique national, les personnes souffrant d’immunodéficience ou traitées par des médicaments immunomodulateurs devront être vaccinées dans les premières phases, car elles sont plus susceptibles de contracter la maladie de la COVID-19.

Vaccination pour les personnes ayant eu la COVID-19

Les personnes qui ont eu la COVID-19 peuvent être vaccinées lors de la phase 2 du plan régional. Puisque la vaccination n’est pas moins efficace en cas d’infection précédente par la COVID-19, mais qu’elle renforce au contraire la mémoire immunitaire de l’organisme, il n’est pas nécessaire d’effectuer un test sérologique avant la vaccination. Les personnes diagnostiquées comme étant positives au COVID-19 n’ont pas besoin d’être vaccinées lors de la première phase de la campagne de vaccination.

Vaccination pour les personnes ayant eu la COVID-19

Les personnes qui ont eu la COVID-19 peuvent être vaccinées lors de la phase 2 du plan régional. Puisque la vaccination n’est pas moins efficace en cas d’infection précédente par la COVID-19, mais qu’elle renforce au contraire la mémoire immunitaire de l’organisme, il n’est pas nécessaire d’effectuer un test sérologique avant la vaccination. Les personnes diagnostiquées comme étant positives au COVID-19 n’ont pas besoin d’être vaccinées lors de la première phase de la campagne de vaccination.

Vaccination – Grossesse et allaitement

Les données sur l’utilisation des vaccins pendant la grossesse et l’allaitement sont encore très limitées, mais les études en laboratoire sur des modèles animaux n’ont pas montré d’effets nocifs. En particulier, les vaccins ne sont pas contre-indiqués et n’excluent pas a priori les femmes enceintes de la vaccination, car la grossesse, surtout lorsqu’elle est associée à d’autres facteurs de risque tels que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité, pourrait les rendre plus à risque en cas de maladie COVID-19 grave. En ce qui concerne l’allaitement, bien qu’il n’existe pas d’études spécifiques, sur la base de la plausibilité biologique, la poursuite de l’allaitement ne devrait présenter aucun risque. En règle générale, la vaccination pendant la grossesse et l’allaitement doit être décidée en étroite consultation avec un professionnel de santé, après en avoir considéré les avantages et les risques.

Vaccination – Grossesse et allaitement

Les données sur l’utilisation des vaccins pendant la grossesse et l’allaitement sont encore très limitées, mais les études en laboratoire sur des modèles animaux n’ont pas montré d’effets nocifs. En particulier, les vaccins ne sont pas contre-indiqués et n’excluent pas a priori les femmes enceintes de la vaccination, car la grossesse, surtout lorsqu’elle est associée à d’autres facteurs de risque tels que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité, pourrait les rendre plus à risque en cas de maladie COVID-19 grave. En ce qui concerne l’allaitement, bien qu’il n’existe pas d’études spécifiques, sur la base de la plausibilité biologique, la poursuite de l’allaitement ne devrait présenter aucun risque. En règle générale, la vaccination pendant la grossesse et l’allaitement doit être décidée en étroite consultation avec un professionnel de santé, après en avoir considéré les avantages et les risques.

Vaccination des personnes allergiques

Les personnes qui souffrent ou ont souffert d’une allergie respiratoire peuvent être vaccinées, et doivent rester sous observation, pendant 15 minutes après l’injection, comme tout le monde. Le traitement antiallergique éventuellement en cours, y compris l’immunothérapie spécifique, ne doit pas être suspendu.

La vaccination sous contrôle médical dans un milieu protégé (hôpital) est recommandée pour les personnes souffrant d’asthme bronchique persistant et sévère. En cas d’asthme non contrôlé, la vaccination doit être reportée jusqu’à ce que la situation clinique soit à nouveau maîtrisée.

Les personnes souffrant d’allergies alimentaires peuvent être vaccinées et doivent rester sous observation, pendant 15 minutes après l’injection, comme tout le monde. Les personnes qui ont déjà eu des réactions allergiques graves (anaphylaxie) à des aliments doivent rester sous surveillance médicale pendant 60 minutes. Si l’allergie alimentaire est associée à un asthme bronchique sévère et persistant, la vaccination doit être effectuée dans un milieu protégé (hôpital). Les personnes allergiques aux excipients polyéthylène glycol (PEG), macrogol et polysorbate ne doivent pas recevoir de vaccins à ARNm.

Vaccination des personnes allergiques

Les personnes qui souffrent ou ont souffert d’une allergie respiratoire peuvent être vaccinées, et doivent rester sous observation, pendant 15 minutes après l’injection, comme tout le monde. Le traitement antiallergique éventuellement en cours, y compris l’immunothérapie spécifique, ne doit pas être suspendu.

La vaccination sous contrôle médical dans un milieu protégé (hôpital) est recommandée pour les personnes souffrant d’asthme bronchique persistant et sévère. En cas d’asthme non contrôlé, la vaccination doit être reportée jusqu’à ce que la situation clinique soit à nouveau maîtrisée.

Les personnes souffrant d’allergies alimentaires peuvent être vaccinées et doivent rester sous observation, pendant 15 minutes après l’injection, comme tout le monde. Les personnes qui ont déjà eu des réactions allergiques graves (anaphylaxie) à des aliments doivent rester sous surveillance médicale pendant 60 minutes. Si l’allergie alimentaire est associée à un asthme bronchique sévère et persistant, la vaccination doit être effectuée dans un milieu protégé (hôpital). Les personnes allergiques aux excipients polyéthylène glycol (PEG), macrogol et polysorbate ne doivent pas recevoir de vaccins à ARNm.

Vaccination et certification

Les personnes qui ont été vaccinées recevront un certificat de vaccination.

D’après des études cliniques récentes, l’efficacité maximale du vaccin est constatée 7 jours environ après la seconde dose (pour Johnson & Johnson après la dose unique administrée). Bien qu’une certaine protection contre le virus est probable déjà présente après la première dose, elle n’est pas suffisante. Il est donc important de compléter le cycle de vaccination à deux doses pour renforcer et prolonger la mémoire immunitaire.

Vaccination et certification

Les personnes qui ont été vaccinées recevront un certificat de vaccination.

D’après des études cliniques récentes, l’efficacité maximale du vaccin est constatée 7 jours environ après la seconde dose (pour Johnson & Johnson après la dose unique administrée). Bien qu’une certaine protection contre le virus est probable déjà présente après la première dose, elle n’est pas suffisante. Il est donc important de compléter le cycle de vaccination à deux doses pour renforcer et prolonger la mémoire immunitaire.

La campagne de vaccination

L’objectif de la campagne de vaccination de la population est de prévenir les décès dus à la COVID-19 et d’atteindre le plus rapidement possible une immunité collective face à la SARS-CoV2. La campagne a été lancée le 27 décembre 2020 sous forme symbolique, en Italie et en Europe, avec la Journée de la vaccination et, de manière effective, à partir du 31 décembre 2020, après l’approbation par l’EMA (Agence européenne des médicaments) du premier vaccin contre la COVID-19. Après la phase initiale, le plan stratégique approuvé par le Parlement le 2 décembre 2020 se poursuit. En Vallée d’Aoste, le Gouvernement régional a adopté le Plan de vaccination établi par l’AUSL, qui prévoit une première phase destinée aux médecins et au personnel sanitaire, aux résidents et aux hôtes des RSA, aux opérateurs du secours d’urgence, aux forces de police, aux enseignants et aux personnes âgées de plus de 80 ans, et une deuxième phase de vaccination de masse, dont le déroulement se fera sur appel individuel par le service Infovaccini de l’AUSL, en fonction des doses de vaccin disponibles./h3>

La campagne de vaccination

L’objectif de la campagne de vaccination de la population est de prévenir les décès dus à la COVID-19 et d’atteindre le plus rapidement possible une immunité collective face à la SARS-CoV2. La campagne a été lancée le 27 décembre 2020 sous forme symbolique, en Italie et en Europe, avec la Journée de la vaccination et, de manière effective, à partir du 31 décembre 2020, après l’approbation par l’EMA (Agence européenne des médicaments) du premier vaccin contre la COVID-19. Après la phase initiale, le plan stratégique approuvé par le Parlement le 2 décembre 2020 se poursuit. En Vallée d’Aoste, le Gouvernement régional a adopté le Plan de vaccination établi par l’AUSL, qui prévoit une première phase destinée aux médecins et au personnel sanitaire, aux résidents et aux hôtes des RSA, aux opérateurs du secours d’urgence, aux forces de police, aux enseignants et aux personnes âgées de plus de 80 ans, et une deuxième phase de vaccination de masse, dont le déroulement se fera sur appel individuel par le service Infovaccini de l’AUSL, en fonction des doses de vaccin disponibles.

Quelle est la durée de la protection vaccinale ?

La durée de la protection n’est pas encore définie avec certitude car la période d’observation était nécessairement courte. Les connaissances relatives aux autres types de coronavirus indiquent que la protection devrait être d’au moins 9 à 12 mois. Bien qu’il soit plausible que la vaccination protège contre l’infection, les personnes vaccinées et les personnes en contact avec elles doivent continuer à prendre des mesures de protection contre la COVID-19.

Quand la protection commence-t-elle après la vaccination ?

Les études cliniques ont constaté que le vaccin est efficace quelques jours après l’administration de la seconde dose (pour Johnson & Johnson, après la dose unique administrée). Par conséquent, la protection maximale intervient après cette période.

Prescriptions post-vaccination

Port du masque, lavage fréquent des mains, respect des distances, aération des locaux.
Même après avoir été vacciné, il est important de continuer à respecter les règles de prévention de la COVID-19 (utilisation d’un masque, respect des distances physiques, lavage fréquent des mains et aération des locaux). Toute réaction à la vaccination doit être signalée au médecin de famille ou à l’AUSL, comme en cas de réaction à tout médicament, selon le système national de pharmacovigilance actif depuis longtemps dans tout le pays.

Prévention de la COVID-19

À l’heure actuelle, il n’existe aucune thérapie pouvant être utilisée à titre préventif. L’Agence italienne des médicaments (AIFA) a autorisé plusieurs études pour tester des médicaments destinés au traitement de la maladie COVID-19 et la FDA (Food and Drug Administration) a délivré le 23 août 2020 une autorisation pour l’utilisation en urgence et à titre expérimental de plasma de convalescent pour le traitement de la maladie COVID-19, mais uniquement pour les patients hospitalisés. Le principal outil de prévention est le vaccin.

Même après avoir été vacciné, il est important de continuer à respecter les règles de prévention de la COVID-19 (utilisation d’un masque, respect des distances physiques, lavage fréquent des mains et aération des locaux). Toute réaction à la vaccination doit être signalée au médecin de famille ou à l’AUSL, comme en cas de réaction à tout médicament, selon le système national de pharmacovigilance actif depuis longtemps dans tout le pays.

Prévention de la COVID-19

À l’heure actuelle, il n’existe aucune thérapie pouvant être utilisée à titre préventif. L’Agence italienne des médicaments (AIFA) a autorisé plusieurs études pour tester des médicaments destinés au traitement de la maladie COVID-19 et la FDA (Food and Drug Administration) a délivré le 23 août 2020 une autorisation pour l’utilisation en urgence et à titre expérimental de plasma de convalescent pour le traitement de la maladie COVID-19, mais uniquement pour les patients hospitalisés. Le principal outil de prévention est le vaccin.

Pour plus d’informations

Pour plus d’informations